Edito paru dans Spa de Beauté / Avril 2018

Au travers de mon métier de coach, j’ai l’immense privilège d’observer de près les mutations des besoins des entreprises en matière de management et aussi de recrutement. Je remarque un mouvement de fond où l’humain prend de plus en plus de place et ce à l’ère du tout numérique.
L’ensemble des acteurs de l’entreprise ne parlent plus que de ça : les Soft Skills.
Mais qu’est-ce donc exactement que ces Soft Skills ? Littéralement, ce sont les compétences douces. Cela regroupe le savoir-être, les compétences interpersonnelles, les capacités relationnelles, la personnalité… Par opposition aux Hard Skills qui sont liées aux compétences techniques très orientées métier.

D’ailleurs, une étude a été menée dans 15 pays et le World Economic Forum a mis en exergue les Soft Skills que les salariés jugent indispensables de posséder en 2020.
Dans le top 10, on trouve en vrac : la créativité, l’intelligence émotionnelle, l’empathie, la gestion du stress. Toutes ces compétences non techniques permettent de vous démarquer auprès des employeurs.
Un constat : aujourd’hui, les entreprises ne cherchent plus des techniciens/techniciennes à proprement parler. Les organisations sont à la recherche de personnes avec des compétences humaines fortes. En effet, depuis quelques années, la technicité n’est plus réellement le sujet. J’attire tout de même votre attention sur un point : pour commencer à envisager les Soft Skills, il faut être à l’aise avec les Hard Skills et maîtriser techniquement votre métier. Pour les entreprises du secteur, l’important (quel que soit votre job) c’est de savoir qui vous êtes. D’où la place de plus en plus importante laissée à l’analyse de vos comportements, de vos motivations réelles et de votre potentiel. Laissant peut-être un peu de côté votre parcours académique ou votre CV. L’idée est de trouver la bonne personne qui sera à la bonne place.
Cela s’inscrit bien dans une démarche globale d’épanouissement pour le collaborateur et par conséquent un gain de productivité pour l’entreprise.

Pourquoi en arriver là ? Et bien parce que les entreprises en ont assez des hyper techniciens possédant un savoir-faire hors-pair mais bien incapables de répondre à un client qui a besoin de renseignements, d’aider un collaborateur ou un collègue en difficulté… De fait, les recruteurs orientent leurs recherches vers des profils qui ont des « vocations ». Et elles ont raison parce que celui ou celle pour qui travailler est un plaisir donnera du sens à ce qu’il fait et sera engagé(e) dans sa mission.

Néanmoins, ces Soft Skills m’interrogent sur un point. Pourquoi les nomme-t-on ainsi alors qu’elles sont tellement nécessaires aux entreprises pour aller bien, voire pour mieux fonctionner ? Je propose donc de les rebaptiser « Essentials Skills ». Ces compétences essentielles qui font que vous êtes unique, et donc remarquable. Ainsi, je vous engage à identifier et à développer vos « Essentials Skills », parce qu’elles sont constitutives de qui vous êtes et vous aideront à avancer à grands pas !

Hélène SCHETTING
Coach certifiée HEC Paris

Please follow and like us:
error
error

Je serai ravie que vous partagiez mon blog ...